Parentalité,  Pensées & réflexions.

La charge mentale : invisible mais réelle.

La charge mentale, on en a beaucoup entendu parler ces derniers temps. Mais je pense que les mots sont mal compris, mal interprétés peut être. On confond souvent les choses, on mélange un peu tout et on en vient à oublier ces termes, à oublier cette charge mentale qu’en fait on ne sait pas définir. Du coup, les conversations dérivent vite et les choses n’avancent pas…

Je vais utiliser les visuels du compte instagram T’as pensé à (dont le nom est juste parfait) pour cet article. Ce compte ne parle que de charge mentale : il casse les idées préconçues, il partage les témoignages, il explique et il met des mots sur ce qu’on ne voit pas, qu’on ne dit pas.

Je vous invite aussi à lire les bd d’Emma sur le sujet : la faute des femmes et les conséquences. Vous devez sûrement connaître sa BD sur la charge mentale qui avait fait le tour des réseaux sociaux.

La charge mentale n’est pas…

Avant toute chose, je pense qu’il est bon de remettre les choses à leur place. Car quand c’est confus, on en vient à donner des contre-arguments qui n’ont pas lieu d’être. Non pas qu’il ai besoin d’argumenter, mais de pointer du doigt la réalité de cette charge mentale invisible.

La charge mentale n’est pas la vaisselle, le coup de balai ou le linge à étendre. Elle n’est pas la tonne de choses à faire dans le foyer.
Ce n’est pas la charge de travail.

Suite à cette non-définition (oui j’invente des mots), voici la liste des choses à ne pas répondre à quelqu’un qui parle de charge mentale :
« Faut lâcher prise ! »
« Il faut dire ce qu’il y a faire ! ça te soulagera ! »
« C’est juste une question d’organisation ! »

Autre remarque à ne pas faire : « moi je bosse ! j’ai de sacrées journées et une charge mentale aussi ! ». La personne en face bosse aussi dans la grande majorité des cas, donc même dans le cas où elle aurait moins de responsabilités, elle a double charge mentale !

Du coup, c’est quoi ?

Pour définir la charge mentale, je vais reprendre le compte T’as pensé à ? :

« La charge mentale est l’ensemble des pensées qui planifie et gère la sphère domestique. La charge mentale n’est pas la répartition des tâches domestiques entre l’homme et la femme. 
=> La charge mentale c’est : qui pense l’organisation des besoins du foyer et la gestion du temps du couple et de la famille ? »


@taspensea

Avec mes mots : c’est cette check-list interne qui tourne en boucle du réveil jusqu’au coucher (et parfois même la nuit).
Vous la connaissez non ? Elle tourne, elle tourne,… Elle tourne tellement qu’il n’y a plus de place pour le reste. On en oublie les choses qui ne font pas partie de cette routine à contrôler pour que tout roule, parce qu’il n’y a simplement plus de place.

La check-list elle continue, minute après minute, action après action : Penser à tout – tout le temps. Qu’est ce qu’il reste à faire ? Qu’est ce qu’il manque pour que tout roule ? A-t-on pensé à prendre des nouvelles de nos proches ? Des papiers importants à renvoyer ? Des anniversaires ? Quels cadeaux ? Un rdv médecin ? Comment gérer les crises, les cauchemars, les peurs ? il a répondu à sa mère ? C’est quand la grève de cantine ? On a signé le cahier de l’école ? Où sont passés les cartes d’identités ?

Les conséquences.

On pense, on réfléchit en permanence, on organise, on planifie… Et alors ?

On a l’esprit ailleurs, on oublie beaucoup et on donne l’impression de ne pas écouter.
Du coup on culpabilise et on voudra faire mieux, s’améliorer.
Alors on se met un petit coup de pression, parce que c’est notre rôle de tout gérer.
Et puis on devient désagréable parce qu’on perd confiance en nous et qu’on se sent démuni, seul.
On en parle un peu, mais on ne parvient à faire comprendre qu’on ne parle pas de charge de travail. Donc on se dispute, on culpabilise encore un coup et on fini par se sentir incompris en plus du reste.
On s’épuise, on s’oublie et en fait on n’a plus envie de rien.

Certaines conséquences sont plus visibles : fatigue, hyperémotivité, troubles du sommeil… Et attention le burn out guette !

Vous remarquerez que je n’ai rien mis au féminin. Mais ce rôle de la gestion du foyer est celui des femmes dans la grande majorité des cas, c’est notre héritage culturel… Il est peut être temps de faire un peu bouger les choses ?

Elle râle mais je l’aide !

Oui l’aide fait du bien mais ne fait pas tout… D’ailleurs dans un foyer on participe, on n’aide pas. Il ne devrait pas incomber à l’un de gérer et à l’autre d’aider non ?
Il n’est d’ailleurs pas logique que l’un se repose quand il estime avoir terminé sa check-list alors que son conjoint ne participe quand il veut ou estime en avoir le temps.

Oh tu es trop pressée ! ce n’est pas urgent !
Ce n’est pas une question d’urgence, c’est qu’il reste encore pas mal de choses à faire avant de se poser. Donc si ce n’est pas fait, ça fait une case de plus à cocher mentalement… Et quand on rêve de se poser un peu, cocher une case c’est comme compter les jours avant Noël…

On fait quoi alors quand ça ne va plus ?

On en parle !

Oui, ça va partir probablement finir en dispute. L’un ne va pas comprendre, va se sentir jugé, critiqué. L’autre va se sentir incompris, peu soutenu, seul et va être jugé comme incapable de tenir son rôle, trop stressé,…

Alors on recommence, encore et encore… On prend garde aux mots, à ne pas faire de reproche, à parler de ses ressentis.

Pourquoi ne pas s’appuyer sur des textes (allez hop, partage cet article !), des émissions, des podcasts,… [N’hésitez pas à parler de vos découvertes en commentaires pour que ça serve à tout le monde].

Ce n’est pas une course à qui est le plus à plaindre, à qui fait le plus. C’est un ressenti : cette charge est devenue trop lourde, j’ai besoin qu’on la partage.

Ce n’est pas non plus un reproche, il n’y a personne qui a tord ou qui a raison. En fait si : le couple a eu tord (et plus généralement, la société). Le couple a cru que c’était à l’un ou à l’autre de tout porter sur ses épaules. C’est faux. Il faut revoir les choses, il faut les repenser ensemble.
Ne faisons pas la même erreur en apprenant à nos enfants que c’est à une personne (en général la mère dans un couple hétérosexuel) de gérer. Les hommes d’aujourd’hui (pas tous encore, il reste des moyenâgeux…) aident ou participent à la vie de famille. A quand des couples égaux qui gère ensemble cette charge invisible mais bien présente?

Il faut, je pense, prendre le temps de parler, de laisser les mots faire leur chemin, les envies d’avancer arriver, et faire confiance à son couple. Rien ne changera en un jour, mais en discuter permettra d’avancer petit à petit sur le chemin de l’égalité.

Et on prend soin de soi, il le faut !

Personnellement, je me suis parfois retrouvée à ne plus rien faire pour moi. J’aime écrire, lire, apprendre, passer du temps avec mon conjoint, prendre soin de moi,… Mais lors d’un moment de calme, soit je calcule ce qu’il me reste à faire, soit je m’hypnotise devant la télé ou sur mon téléphone avant de dormir. Mes envies, mes désirs, mon bien-être, mon couple,… plus rien n’existe car moi-même j’ai disparu sous cette charge. Je crois que je me suis tout simplement noyée.

Je me suis mise un coup de pied aux fesses, mes passions et mes envies doivent exister. Non, je ne suis pas juste une maman et une assmat. Aussi, j’essaie de prendre soin de moi, même si sur ce point j’ai encore un énorme chemin à parcourir.
Petit à petit, je me prends en compte à nouveau, c’est une question de survie.

A ceux qui ne comprennent pas cette notion de charge mentale :

Soit je m’exprime mal, soit ce n’est pas vous qui la portez sur vos épaules ! 😉

N’allez pas voir votre conjoint en lui demandant quoi faire. Ne lui dites pas non plus qu’elle/il doit vous le dire quand elle/il a besoin d’aide. Oubliez cette idée qui part je le sais d’un bon sentiment.

Essayez plutôt ceci : quand vous vous posez une question, essayez de trouver la réponse ou la solution seul. Au lieu de lui demander si elle a fait quelque chose ou de vous rappeler de le faire, faites le ! Vous vous souvenez de l’étagère que vous aviez promis de réparer il y a trois semaines ? Allez ça prend 5 minutes… Bref, soyez son partenaire dans la vie de tous les jours : si la maison tourne avec quatre bras et deux cerveaux, ce sera forcément plus simple !

Mais surtout : pensez tout seul à appeler votre mère ! 😉


Voici un petit template à partager et à compléter juste pour vous :

One Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :