Parentalité

Faut-il vraiment acheter un cale-bébé ?

Lorsque j’attendais ma grande, il était indispensable d’acheter un cale-bébé. Enfin, ça c’est que disaient les quelques mamans autour de nous… J’ai hésité, tout le monde vantait le fameux Cocoonababy de RedCastle (160€… hum…). Alors j’en avais comparé plusieurs et choisi un qui semblait remplir des fonctions similaires à un prix… abordable ! Mais il y a une question que j’ai oublié de me poser à cette époque : Faut-il vraiment acheter un cale-bébé ?

Quel est l’intérêt d’un cale-bébé ?

Prévenir la MSN.

Le premier intérêt est de maintenir l’enfant sur le dos afin de le protéger des risques d’étouffement. J’avoue qu’aujourd’hui cet argument ne me convaincrait plus. Maintenir un bébé qui découvre son corps et les mouvements qu’il peut faire ? Cela est illogique à mon sens… Les bébés vont petit à petit s’approprier leur corps et devenir capables de se retourner et de soulever leur tête. Dans le respect des conseils de couchage (pas de couette, oreiller, tour de lit, matelas pas mou,…) cela est normal et ne devrait pas être empêché. Au contraire, certains pédiatres trouvent même que cela peut être dangereux si bébé parvient à s’y retourner sans surveillance.

Pour éviter la tête plate.

Un autre intérêt vendu : empêcher la tête plate. Un enfant qu’on empêche de bouger a plus de chance d’avoir une tête plate que celui qui est libre et peut se incliner sa tête à sa guise, non ? Ma seconde a eu la tête plate… et elle dormait en cale-bébé ! (n’en déduisez rien ma première non, et dormait dans le même, dont je vous parle juste après). Je m’explique : elle ne parvenait pas à tourner sa tête sur le côté gauche, le cale bébé au lieu de l’aider l’empêchait surtout d’essayer… Après deux manipulations de l’ostéopathe tout est rentré dans l’ordre (un peu plus de temps pour la tête plate…). Ses conseils : stimuler bébé de l’autre côté (stimulation visuelle, alimentation…) mais aussi varier de support au cours de la journée (bras, lit, coussin d’allaitement, etc).

Alors pourquoi l’utiliser ?

Au départ…

A l’hôpital, ils ont été conçus (le Cocoonababy particulièrement) pour les bébés prématurés. Les modèles destinés au retour à la maison ne sont plus vraiment adaptés (trop mous, impossibilité de bouger, sangle désagréable au ventre,…). Pour certains parents, bébé ne se sentait bien que dedans, d’autres n’ont pas voulu y rester. Comme pour tout, il convient de s’adapter à son bébé tout en assurant sa sécurité.

Notre aventure :

Ici, nous avions le Cosydream de Babymoov qu’on avait mis sur la liste de naissance, persuadé que le cale-bébé était indispensable.
Les filles ont souffert toutes les deux de RGO (reflux gastro-œsophagien). Avec le reflux et les crachouillis très fréquents nous avons surélevées les filles à l’aide d’un coussin sous le matelas. Mais du coup… Elles glissaient ! Donc le plus utile dans ce cale-bébé n’était pas pour nous le cale-tête (qui n’a pas été bénéfique pour la seconde…) mais uniquement le boudin sous les jambes qui les maintenaient. En fait, une serviette roulée sous le drap aurait tout aussi bien pu faire l’affaire.

En conclusion.

Vous l’aurez compris, le cale-bébé est surtout une bonne idée commerciale qui est loin de faire l’unanimité chez les pédiatres.

Il convient surtout de respecter les conseils de couchage que je vous invite à relire si besoin. Petit rappel (jamais trop !) :

  • coucher bébé sur le dos,
  • sur un matelas ferme,
  • dans une turbulette adaptée, sans oreiller, ni couette, ni couverture,
  • dans une chambre chauffée à 18-20° C,
  • dans la chambre des parents jusqu’à 6 mois,
  • sans exposition au tabac.

N’hésitez à vous rapprocher de votre pédiatre en cas de questionnements, il connait votre bébé et ses spécificités.


Réécriture d’un article de 2015 qui était incomplet (et pas très bien rédigé) et malgré tout un des plus lus du blog !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :