Les violences ordinaires.

Le retour au travail me confronte à beaucoup de parents excédés : ces parents là qui amènent leur(s) enfant(s) de tout âge faire les magasins et ces enfants là qui sont si fatigués et donc si fatigants. Attention, je ne dis pas qu’il est intolérable d’amener son enfant dans un magasin, loin de là ! Je vous explique seulement les circonstances dans lesquelles je vois ces parents et ces enfants dont je vais vous parler. Je parle ici de violences physiques et verbales, celles qui font mal et/ou qui font peur, qui blessent le corps et/ou l’âme.

Je ne critique pas ces parents, dont il m’arrive de faire partie, qui font du mieux qu’ils peuvent et qui font selon leur point de vue de parent, avec leur fatigue, leur stress et la peur de passer pour de mauvais parents. Mais cette façon de menacer, de crier et de frapper me fend le cœur tous les jours. Oui je suis peut être un peu trop sensible, je sais.

  • Cette enfant qui pleure pour qu’on le porte à qui la mère répond « Tu es insupportable ! Je te préviens, si je te prends aux bras tu es punie une fois rentrés à la maison, tu as bien compris ? » hochement de tête de la petite fille, « tu es sûre de vouloir être aux bras ? » hochement de tête de la petite fille. Voilà une petite fille qu’on va punir parce qu’elle est fatiguée de faire les magasins avec ses parents. Peut être a-t-elle pleuré pour venir plutôt que de rester avec sa mamie, peut-être a-t-elle refusé de dormir avant de venir ? Mais peut-être qu’elle voulait simplement rester avec ses parents qui travaillent la semaine et ne savait pas qu’elle serait si fatiguée (et fatigante).
  • Cet enfant qui s’ennuie, bouge beaucoup, court un peu partout et fait tomber par inadvertance un élément de publicité du rayon. La mère qui s’est sûrement sentie honteuse que sa fille soit si agitée et fasse « des bêtises » lui hurle « Mais tu fais n’importe quoi ! Regarde la dame elle va crier ! Tu es vilaine« . La petite fille est partie en pleurant, apeurée parce qu’elle a eu peur en faisant tomber l’élément en carton et a eu encore plus peur quand sa mère lui a dit que j’allais être en colère. J’ai dit à la mère que ce n’était pas grave, que ce n’était qu’un bout de carton que j’allais vite remettre et que sa fille par contre avait eu peur. Elle s’est aussitôt détendue et a été plus calme, seulement la petite fille a pleuré encore quelques minutes et moi j’ai eu le ventre noué d’avoir fait si peur à un petite fille.
  • Ces gifles qui tombent lorsque les enfants font une bêtise pourtant pas si grave (faire tomber des vêtements, foncer dans un client,…).
  • Cette gifle incontrôlée qui tombe après la terreur et la détresse quand un enfant se cache sous une penderie pour rigoler.
  • Moi même, quand je dis à ma fille « C’est bon maintenant, tu m’as soulée là ! Il est tard, j’ai besoin de dormir ! Tu vois pas que j’ai besoin de dormir ? J’en peux plus ! » Bien sur que non elle ne le voit pas, elle a 9 mois… Elle a mal aux dents, au ventre, elle a faim, chaud ou simplement besoin de câlin et moi j’ai sommeil et mon corps est tellement fatigué… Alors je suis agressive et son visage se transforme lorsque je lui parle comme ça : je vois qu’elle ne comprend pas ma réaction et je ne la rassure plus, je lui ai fait peur (culpabilité x100000).

J’aurai encore beaucoup d’exemples car je vois tous les jours des cas similaires. Mais vous voyez de quoi je parle ce n’est pas la peine de continuer : ce sont ces moments-là où nous parents, on craque. Cette fatigue qui nous tient, ce stress qui nous ronge, le regard des autres qui nous gêne, l’énergie des enfants qui semble dix fois supérieure à celle des adultes,…

Alors voilà, aujourd’hui je m’engage à tout faire pour ne pas avoir ce genre de comportement, je m’engage à essayer de comprendre les besoins de ma fille et à les prendre en compte. Je m’engage à essayer de parler de la bienveillance autour de moi (mais ça c’est un autre problème…) et à l’appliquer au quotidien.

Qui me suit ?

(et un « badge » de plus sur mon blog, je l’enverrai à qui le veut)

Violences ordinaires

sélection Hellocoton

Une réflexion sur “Les violences ordinaires.

  1. eofdcjuf dit :

    Moi moi moi je veux le badge 🙂 Parce que oui, c’est parfois si dur, mais j’aime à penser que si on est vigilent, ça deviendra une habitude d’entrer en empathie au lieu de se fermer…
    J’ai eu des parents tellement fatigués je pense…mais je sais aussi que ça laisse des traces, la preuve, je m’en souviens!
    Bon courage en tous, il est difficile de prendre cette voie quand tout le monde dans l’entourage juge et va à l’encontre!
    Bises

    • Maman Plume dit :

      C’est aussi ce que je me dis : en faisant l’effort au début ça deviendra naturel.
      Quand les gens me contrarient avec leurs réflexions, je me dis que ce que je fais c’est pour ma fille et je ne changerais pas d’avis pour éviter leurs avis négatifs.
      Donne moi ton mail je te l’envoie 😉

  2. Céline dit :

    Et bien moi je te suis, je vais même mettre le petit badge sur mon blog 🙂 Je te suis pour travailler tous les jours à l’éradication au sein de ma maison de toute forme de violence. Contre ma fille, mon compagnon de vie, mon chien. Et moi-même. Nous avons tous déjà fait beaucoup de chemin mais il y a encore des jours où je me mets en colère.

    • Maman Plume dit :

      Tu soulèves un point : contre soi-même… J’ai beau faire des efforts et être de nature plutôt (trop) douce avec les autres je ne le suis pas du tout envers moi-même !
      Merci et bravo pour le chemin parcouru !
      Bises

  3. Veux pas ! dit :

    J’aime beaucoup beaucoup ton article. Comme toi, je vois pas mal de choses qui ne me plaisent pas. Et parfois moi aussi je dis des choses que je regrette après. Quand on est fatigué, malade, contrarié on aimerait que nos enfants soient calmes mais souvent c’est l’inverse car ils sentent qu’on est mal. Quand je crie un peu trop sur ma puce, je viens toujours m’excuser après et lui expliquer les choses. Mais jamais je ne lui ai hurlé dessus ou frappé (même pas une petite tape sur la couche, je ne peux pas). Je veux bien le badge, j’adhère complètement 🙂

    • Maman Plume dit :

      Je viens de te l’envoyer 😉
      Je n’ai jamais hurlé non plus, ou même frappé mais elle n’a que 9 mois et j’espère vraiment ne jamais être trop stressée, fatiguée ou autre pour le faire. Peut être qu’en corrigeant mes attitudes dès maintenant j’éviterais tout ça 😉
      Bises.

  4. Cendra dit :

    D’où vient cette idée de badge? 😀
    Oh oui que je te suis, je me suis promis de travailler sur moi, et j’ai déjà bien progressé!

    Ca me défait le coeur toujours de voir le quotidien de nos enfants, ça me fait mal, parce qu’ils sont finalement les « souffre douleurs » les « cristaliseurs » des contrariétés des adultes. Pourtant, parents, n’oublions pas qu’ils ne sont pas QUE des enfants, ils seront adultes un jour, comme nous, et les blessures grandiront avec eux.

    • Maman Plume dit :

      Cette idée de badge vient du fait que je ne veux pas que cet article « se perdre » dans les archives du blog. J’aimerai qu’en arrivant ici on se demande de quoi je parle (sensibilisation) et que moi même je me rappelle cet engagement, même dans les moments difficiles. Le fait de le partager c’est mon petit moyen pour que les lecteurs des blogs qui l’afficheront soient sensibilisés (que ce soit par ce badge là ou celui que quelqu’un d’autre voudrait faire).
      Ayant vécu ces violences qui semblent être une simple méthode d’éducation, je suis contre et vis très mal de voir des enfants les subir car je me vois en eux… (oui trop sensible, je l’avais dit !)

    • Maman Plume dit :

      Merci. Oui effectivement on ne s’en rend pas compte tout de suite. Ma fille n’étant pas habituée à me voir « méchante » elle change de visage tout de suite et là je m’en veux terriblement : je sens que je suis mauvaise à ce moment-là et je tente de la rassurer.

  5. Audy Lan dit :

    Ton article est franc et sensible.
    La 1 est ????!!!! Punir pour les bras c’est horrible.
    La 2 ça m’arrive je l’avoue… C’est lié au regard des autres.
    On sous estime le poids de ces violences mais nous sommes tous touchés

    • Maman Plume dit :

      Merci.
      Exactement : on sous estime les conséquences et malheureusement ça nous arrive à tous et à toutes… C’est bien pour ça que je veux « corriger » mes mauvais comportements 😉

  6. chinesekoalas dit :

    N’ayant qu’un bebe de 8 mois, je ne suis pas encore confrontée a ces situations, mais punir pour les bras alors ca je ne pense pas ! Pour l’instant je me maitrise assez bien, je suis pour la non-violence 🙂

    • Maman Plume dit :

      La mienne n’a que 9 mois et pourtant j’ai déjà crié quand elle refusait de dormir la nuit (pourtant c’est très rare…). Je m’en veux immédiatement, mais voilà c’est ma réponse irréfléchie quand je suis fatiguée et je n’aime pas du tout ça… C’est pour ça que je veux faire attention, je n’aime pas son visage apeuré et surpris quand je fais ça et je m’en veux beaucoup.

      • chinesekoalas dit :

        Quand vraiment je suis a bout et je sens que la colere monter … je la pose ( elle hurle 2min mais tant pis ) et je vais me servir un jus d’orange, et ca me calme un peu, j’ai la force d’aller affronter les prochains pleurs … bon moi apres je culpabilise de l’avoir laisse pleurer 2min, c’est pas mieux ^^

  7. lebazardelaura dit :

    Moi aussi je veux le badge ! Garance n’a que 5 mois, le moment des « non », « j’ai dis non » et compagnie n’est pas encore arrivé. Il est vrai qu’en entendant les gens parler à leurs enfants, on a parfois envi de faire des bons et de leurs dire « non, mais vous vous entendez parler? ». Une fois, au supermarché, une mère disait à son enfant de 6 ou 7 ans qu’il était vraiment trop con. Avec l’amoureux, nous sommes restés un peu étêté …
    Bises
    Laura

    • Maman Plume dit :

      Envoyé à l’instant ! Dans ses livres, Isabelle Filliozat dit qu’il faut dire stop et pas non. Pas toujours facile… Le plus simple pour l’instant, pour moi, est simplement d’enlever ce que je ne veux pas qu’elle touche : pas de non, ni de stop du coup 😉
      Je reste souvent surprise et presque en colère quand je vois des parents un peu trop énervés… Je me revois petite et j’aimerai leur crier la douleur que cela produit quand on ne comprend pas la réaction disproportionnée de ses parents… Mais on ne peut pas s’immiscer dans la vie des gens et critiquer leurs méthodes ! (et on sera peut être un jour à leur place !) Du coup je me contente de leur dire « Oh le pauvre est tellement fatigué » « Mais ils s’ennuient les enfants dans les magasins c’est normal » et autres tentatives d’explications et d’attendrissement 😉
      Bises.

  8. mamanmi dit :

    Je veux le badge 🙂
    Bel article… Je me retrouve dans certaines situations malheureusement 🙁 Crier pour 3 fois rien, perdre patience…
    Je compte faire des efforts aussi !! Merci

  9. Miamandine dit :

    Je partage tout à fait ton point de vue et commence l’écriture d’un article à ce sujet car, c’est vrai, il faut en parler… c’est important … c’est en lisant moi-m^me que j’ai ouvert les yeux sur bon nombre de mes comportements contradictoires…
    Je vais coller l’image du badge avec un lien vers ton article sur mon blog sur ma page de présentation. Mon blog est en premier lieu plutôt culinaire mais je ne veux pas me borner à cela et souhaite échanger sur de sujets qui me tiennent à coeur et celui-ci en fait vraiment partie !
    Merci pour cet article

    • Maman Plume dit :

      Merci à toi !
      Parfois une petite phrase entendue ou lue quelque part nous permet de nous rendre compte que nous n’agissons comme nous le voudrions au fond. En parler est selon moi le meilleur moyen de sensibiliser autour de soi ! 😉
      Bises.

Laisser un commentaire