Je crois en eux.

love

Aujourd’hui j’ai l’espoir que nos enfants seront meilleurs que nous.

J’ai l’espoir qu’ils sachent se respecter et s’aimer les uns les autres.
J’ai l’espoir qu’ils s’acceptent malgré leurs différences et grandissent de leurs échanges.

J’ai l’espoir qu’on leur apprenne que la violence ne résout rien, qu’on avance en parlant et en surtout en s’écoutant.

Je suis optimiste oui, mais j’ai besoin de croire qu’ils feront de ce monde un monde meilleur et qu’ils ne se diront pas, eux, est ce une bonne idée de faire des enfants maintenant ?

‪#‎peace‬

Une réflexion sur “Je crois en eux.

  1. Mam'Weena dit :

    Un beau message … sur lequel je doute … je me dit que nos parents ont du se dire pareil, nous la génération « bénie » des années 80, nés après les guerres d’indépendances des colonies (algérie, indochine, vietnam, …), à la période faste du plein emploi et de la croissance pour nos parents, avec la construction de l’union européenne, nous ne pouvions que faire/vivre « mieux » que nos parents …
    Et au final, une nouvelle forme de guerre insidieuse s’est installée en Europe, nous connaissons la crise et le chômage, ect. Mais finalement, je me dit que peut-être, justement parce que notre génération connait une sacré désillusion par rapport aux espoirs de nos parents, nous sauront déjà à notre petite échelle essayer de rendre le monde meilleur pour nos enfants et qu’ils ne feront que nous emboîter le pas pour continuer dans la même direction ^^

    • Maman Plume dit :

      Oui ils se sont sûrement dit ça aussi… Finalement je crois qu’on est une génération qui a tendance à aller à reculons (montée du racisme, de l’intolérance,…). J’espère juste que ça ira en s’améliorant et pas le contraire !
      Bises

      • Mam'Weena dit :

        Paradoxalement, j’aurais dit que nous étions plutôt une génération en pleine prise de conscience (crise, changement climatique, ect) prêt à changer le monde qui ne « veut pas de nous » et que c’est plutôt la génération de nos parents qui recule XD
        Comme quoi, ça dépend du ressenti et de l’histoire de

Laisser un commentaire