Happy Ménagerie : interview et surprise.

Aujourd’hui je vous propose de découvrir Anne Lapie, maman et créatrice de Happy Ménagerie (mais pas que évidemment !).

Je vous parle souvent de non-violence éducative car j’ai l’envie de sensibiliser un maximum de personne. Il y peu, je vous exprimai sur Facebook la difficulté que peu impliquer un tel choix parfois (contrairement à ce que peuvent penser certains…). On ne va pas se mentir, j’ai moi-même parfois du mal à trouver les ressources. Mes réflexes ne sont pas les bons et je dois beaucoup travailler sur moi-même pour ne pas reproduire lors des moments difficiles.

Donc évidemment, lorsque j’ai vu ce que propose Anne, consultante en parentalité, grâce à Happy Ménagerie il était logique pour moi de vous partager l’info !  😉 Je vous laisse la découvrir à votre tour :

Peux-tu te présenter ?

Oui bien sûr ! Je m’appelle Anne, j’ai 37 ans.

Côté famille : je suis mariée, j’ai un petit garçon de 4 ans.

Côté passions : j’aime les gens, leurs sourires. J’aime faire mille choses à la fois, avec une petite tendance à l’épuisement tellement j’ai envie de ne rien louper.
Je suis du genre à bosser en regardant une émission et en ayant un truc sur le feu.
J’aime tester plein de trucs et me rendre compte que je suis capable. Dernière mission perso en date : faire des T shirt funs pour mon fils !

Côté maman, je suis ni louve , ni poule. J’essaye de l’accompagner au mieux. Je suis une de ses plus fines observatrices : je le regarde évoluer, je m’adapte. J’essaie de lui fournir le juste soutient, ni trop, ni trop peu. 
Je me trompe parfois, je réajuste souvent, je me renseigne beaucoup. Et je vois les résultats :D.

Peux-tu nous décrire ce que tu proposes grâce à Happy Ménagerie ?

Je propose d’aider les parents à mieux vivre leur vie avec leurs enfants. Faire en sorte que leur vie de famille soit apaisée, joyeuse et sereine. Que chacun trouve sa juste place, que la famille trouve un bel équilibre.

Cela peut se faire essentiellement de deux manières : des consultations individuelles et des ateliers collectifs.

Les consultations individuelles se font à St Ouen (il m’arrive de me déplacer en RP si besoin) ou en WebCam (ainsi, j’ai des parents du monde entier, mais aussi de mamans qui allaitent leur petit dernier, des parents qui me contactent entre midi et deux au travail !!). Elles répondent à une problématique, une question d’un ou des deux parents.
Elles durent environ 45 minutes, et il faut compter entre 1 à 3 séances pour apaiser concrètement une situation.
J’ai beaucoup travaillé sur cette durée et j’y tiens.
Parce que en tant que maman, il m’était difficile de me libérer des heures et que ces situations réclament selon moi un soutient efficace. Et puis financièrement il ne faut pas que ce soit un gouffre !

J’ai (je croise les doigts !!) pour le moment que de supers supers retours !

J’anime aussi des ateliers sur différents sujets : la colère de l’enfant, l’autorité, les limites, l’utilisation des écrans… ou sur mesure pour certaines occasions comme prochainement au Maif social club.
J’interviens soit à la demande d’un groupe de parents (organisés ou non en asso, ça peut être des amis) ; d’associations, dans des PMI, des crèches…

Quels sont les questions ou demandes que tu reçois le plus souvent ?

C’est assez varié à vrai dire, parce que chaque situation familiale est différente, chaque enfant est différent.

Ceci étant, souvent on aborde la question de la colère.
Celle du parent. Celle qu’on ne comprend pas tellement elle est forte et qu’on s’était juré de ne pas : crier / taper / punir, mais qu’on n’y arrive pas.
Celle de l’enfant. Qu’on ne comprend pas non plus, que l’on n’admet pas.

Mais il y a beaucoup de questions aussi autour du sommeil, de la vie de famille en général, sur les effets de la bienveillance (surtout des mamans qui ont un entourage qui ne comprend pas leur démarche d’éducation bienveillante et qui ont besoin d’être rassurée et savoir quoi répondre).
Dernièrement j’ai eu pas mal de demande autour des adolescents et de la naissance (certaines mamans ont besoin de pouvoir parler, dire ce qu’il s’est passé autour de la naissance de leur enfant, d’être écoutées).

J’ai des questions autour de la scolarité aussi.
Ha et quelque chose d’un peu spécifique : j’ai beaucoup de parents d’enfants HP (EIP, haut potentiel) qui viennent me consulter : savoir comment gérer cet enfant au quotidien, mieux le comprendre, mieux le soutenir, que dire aux enseignants, etc.

Qu’est ce qui t’a motivée à créer ce concept ?

Quand mon fils est né, je savais au fond de moi que je voulais lui donner le maximum d’équilibre dans sa vie, que je voulais faire autrement que la génération précédente. Je savais ce que je n’avais pas aimé (chez moi ou chez des amis : punitions, chantages,  enfant mis au second plan en permanence, autorité de l’adulte par la force, etc… ).
Mais ce que je ne savais pas, c’était comment faire « autrement », ni si ce « autrement » allait donner quelque chose de joli. Et j’avais très peur que  mon fils ne se transforme en démon (c’est ce qu’une partie de notre entourage semblait croire).

J’avais besoin d’aide, j’aurais aimé pouvoir contacter une personne, qui sans juger aurait répondu à mes questions. Simplement et « rapidement ».
Une personne qui aurait lu tous les livres que je n’arrive pas à lire, aurait suivi des formations que je n’arriverais pas à suivre.
Quelqu’un qui me comprendrait, qui me rassurerai sur mon rôle de parent et qui en même temps pourrait me donner quelques pistes pour faire mieux, sans essayer de me faire changer de trajectoire.

J’ai cherché et pas trouvé. J’ai compris que d’autres cherchaient aussi… Alors je l’ai créé. 😀

Quelle formation as-tu faite ?

C’est marrant, c’est une question typiquement française, on a besoin d’être rassurés sur le diplôme d’abord avant les compétences. Je le sais d’autant plus que j’ai été RH pendant plus de 10 ans.

Ceci étant, c’est quand même important comme question (ben oui je suis de culture française moi aussi :D) parce que pour faire ce métier, il n’y a pas de formation ! On peut donc se décréter coach parental, comme ça. Sans même d’expérience d’ailleurs.

 De mon côté donc, j’ai une formation et 10 ans d’expériences en Gestion des Ressources Humaines, et particulièrement en accompagnement des managers : faire en sorte qu’ils comprennent mieux leurs équipes, qu’ils leur parlent avec un langage qu’ils comprennent et qui les motive. Leur transmettre mes savoirs sur la motivation, l’envie de faire des individus.  Vous voyez le lien ?
Ok ce n’est pas sur la parentalité en tant que tel, mais j’ai écouté, conseillé, accompagné pendant 10 ans. C’était une belle expérience.

Après ces années, j’ai eu envie pour diverses raisons de changer de métier (entre autre parce que je n’avais plus de temps pour mon fils !). Pour me former, j’ai lu des dizaines et des dizaines d’ouvrages, j’ai assisté a des tas de conférences, interrogé des psychologues, des pédopsychiatres, etc.

J’ai testé, re-testé mon concept auprès de connaissances, d’amis puis d’inconnus pendant des mois pour être certaines que les modalités d’accompagnement étaient efficaces, valables et qu’elles duraient dans le temps (ouf c’était le cas !).

Je suis aussi une formation sur deux ans avec Catherine Dumonteil Kremer. Une des premières en France a avoir véhiculé ces idées des bienveillance éducative. Elle est géniale !

Tu dois ressentir beaucoup de satisfaction lorsque tu reçois des retours positifs de parents apaisés. Quel est ton meilleur souvenir dans cette aventure ?

C’est la meilleure partie de l’aventure. C’est ce qui me booste à chaque fois. Et c’est pour cela que je fais mon métier d’ailleurs.

Avoir un parent qui me dit que grâce à nos échanges, ça va mieux, même plus que mieux… c’est jouissif, vraiment ! 

Mon meilleur souvenir, c’est une maman qui venait en me disant « on a tout essayé, je n’en peux plus, je n’arrive plus à vivre avec ma fille ». J’étais un peu sa dernière chance avec la psy qu’elle avait contactée pour sa fille.

Après le début de mon échange, vu la situation, je me suis dit que nous y arriverions au bout de 2 ou 3 séances.
On a eu un très bel échange avec la maman, je lui ai donné des pistes de choses à mettre en place. On a pris RV pour notre seconde séance.
… Quelques jours avant notre deuxième séance, elle annule.
Mince…. Est-ce que c’était pire qu’avant ? Est-ce que la psy n’était pas d’accord pour que nous travaillions en parallèle ?
Non, rien de tout ça. Le problème était réglé. Voici un extrait du mail qu’elle m’a envoyé :

« Je retrouve du temps le soir pour mon mari et moi, ou du temps juste pour moi.
Elle n’est plus dans l’opposition ni le manque de respect. Elle est même fière de me montrer tout ce qu’elle est capable de faire seule (grâce à quelques aménagements de la maison). […]
C’est un vrai soulagement.
On passe enfin de bons moments a la maison. Et je ne suis plus épuisée
[…]
J’ai annulé le rendez-vous [pris pour elle NDLR] avec la psy.
[…]
Et oui c’est le jour et la nuit.
Maintenant c’est un plaisir de rentrer a la maison, les moments sont agréables et ressourçant »

J’en ai même fait un articleà lire ici ].

Aurais-tu des lectures intéressantes à conseiller aux parents pour les aider au quotidien ?

Il y en a beaucoup, mais c’est aussi vrai qu’il faut faire attention parce que beaucoup se disent bienveillant et sont limites, voir manipulatoires.

De manière générale, tous les livres de Filliozat, de Catherine Dumonteil-Kremer sont intéressants. J’ai un petit faible pour 3 hommes moins connus en France, qui font des livres excellents : Arnaud Deroo, Dr Gonzales et Jesper Juul. SI vous ne les connaissez pas, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Tu es toi-même une maman, on pourrait penser que tu surmontes les difficultés sans soucis. Est-ce le cas ?

Ha ha. Tu connais l’histoire des cordonniers les plus mal chaussés ? 😀
Bon, ce n’est pas tout à fait vrai (ouf), mais non ce n’est pas facile tous les jours.
D’autant plus que j’ai hérité d’un enfant très « demandeur », du genre à vous poser depuis qu’il sait parler 10435 questions à la minute. Celui qui bébé ne pouvait pas être posé 2 secondes. Qui se réveillait dès que j’avais l’idée de le laisser allongé à plus de 0,5 cm de moi.

Alors, pour être transparente, le début était très (très) dur. Pour tout un tas de raisons : un enfant demandeur, je voulais faire au mieux, j’avais besoin de beaucoup apprendre et appliquer comme une nouvelle langue dont j’ignorais l’existence avant d’avoir un enfant…
Puis c’est allé de mieux en mieux.
Aujourd’hui après 4 ans, c’est vraiment le jour et la nuit.
Je perçois les effets de notre bienveillance à son égard tous les jours. C’est beau à voir.
Tellement beau <3

Aujourd’hui c’est une danse. C’est oui, beaucoup, beaucoup plus facile.
Il n’empêche que moi aussi j’ai des moments de grande fatigue, de lassitude. Des moments de doute. Bien sûr. Parce que je suis de l’autre côté de la barrière 😉 et que moi aussi j’ai parfois besoin d’un regard extérieur.


Concours.

Anne de Happy Ménagerie a la gentillesse d’offre deux consultations pour les parents qui lisent le blog. Le concours se déroulera sur Instagram dès aujourd’hui. Donc à tout de suite sur mon compte @famille_plume ! 😉

J’ai bien conscience que tout le monde n’utilise pas instagram. Mais je choisi ce réseau social pour le concours pour une raison simple : c’est ici que ma communauté est la plus active. Non pas parce que j’ai plus d’abonnés mais parce que j’y trouve des échanges bienveillants, enrichissants et inspirants. C’est donc tout naturellement que j’ai fait ce choix.

Bonne chance à tous et à toutes !

Laisser un commentaire