Et enfin la rencontre.

Il aura fallu que je pose des mots sur cette interminable grossesse pour qu’elle se termine enfin ! Samedi 11 novembre fût le jour de LA rencontre. Celui où nous avons été parents pour la seconde fois. Ce jour que l’on n’oubliera jamais !

Vendredi fût une journée difficile, après une nuit difficile comme depuis environ trois semaines… je me souviens avoir dit « encore une journée où je vais croire qu’elle va sortir, en vain !« . Les contractions douloureuses et les douleurs dans le bassin ne m’ont pas laissée tranquille. Mais c’était habituel donc je n’y ai pas prêté attention…

La nuit n’a pas commencé très bien, comme souvent… J’ai fini par m’endormir malgré les contractions qui m’ont réveillées à nouveau vers 4h, comme souvent…

Et d’un coup !

D’un coup, alors que je ne bougeais pas et tentait de me rendormir, j’ai entendu un craquement si fort que j’en ai sursauté. On m’avait dit que ça pouvait faire ça quand on rompt la poche des eaux. J’ai attendu mais… rien ! Alors j’ai bougé un peu et oups ça coule un peu ! Oui ça semble être ça. J’en avais tellement marre de me faire des fausses joies/alertes que j’ai décidé de changer de culotte et de me recoucher. Mais ça a recommencé donc… Youpi !

J’ai réveillé le chéri, appelé ma maman de coeur pour lui laisser Yuna et c’était parti. Le réveil de ma grande fut marrant.

« – A qui tu parles maman ?
– A mamie M., tu vas aller dormir chez Papi et Mamie parce que ta sœur veut sortir du ventre maintenant.
– Mais je veux dormir encore un peu moi… Je suis fatiguée…
– Tu vas aller te mettre sous la couette chez Papi et Mamie, tu seras bien pour dormir.
– Mais je suis déjà sous la couette moi ! »

Bref, après 2 ou 3 bonnes minutes de négociation, elle est descendue de son lit-château. Ouf !

L’attente…

Une fois ma grande déposée, nous sommes arrivés à la maternité vers 5h. Dilatée à 2, on attend… Les contractions sont de plus en plus douloureuses… 2 ou 3h après (pardon j’ai perdu la notion du temps…) aucune avancée alors que je commence à avoir bien mal… Peu de temps après, le col en est à 4. Ouf !

Une dame adorable, rassurante, douce, rigolote (ouais je la kiffe) m’amène en salle d’accouchement. Elle me propose plein de choses dont une douche que j’accepte avec plaisir. Juste après on vient me poser la péridurale. Si je n’avais pas senti la première, celle-ci je l’ai senti (et puis les contractions étaient bien plus douloureuses). On me dit qu’elle va faire effet au bout de quelques contractions.

J’attend… mais j’ai affreusement mal du côté droit alors que je ne ressens rien de l’autre ! Je sais que ce n’est pas normal car la péridurale m’avait fait énormément de bien pour Yuna.

La super sage-femme m’ausculte, je suis déjà à 8. Bébé est pressée maintenant et l’anesthésiste nous explique que le travail est allé trop vite pour que la péridurale fasse effet correctement… Bref, c’est le moment de la rencontre.

La rencontre.

Dix minutes plus tard elle était là.

Je l’ai attrapée et posée sur mon ventre. Elle a pleuré immédiatement contre moi… Et une bouffée de mille émotions m’a envahit. Le soulagement : elle va bien et c’est terminé. L’amour qui prend à la gorge. Et tant d’autres !

Après avoir coupé le cordon, on a posé notre fille en peau à peau sur ma poitrine. Quel bonheur de sentir sa chaleur, la voir peu à peu prendre des couleurs et ouvrir ses grands yeux… Difficile de décrire cette sensation et tout ce que l’on peut éprouver à ce moment-là. Le papa, après avoir fait l’assistant sage-femme pendant tout le temps de l’accouchement, ne savait plus où se mettre pour ne pas gêner le personnel car il avait très envie de voir sa fille aussi ! Malgré ses réticences, sa colère qui monte quand il me voit souffrir, il est resté zen. Tout le long il était à l’écoute, pas trop près car il sait que je suis désagréable quand j’ai mal et déteste qu’on me touche, mais présent et disponible. Heureusement que je l’ai et qu’il me connait bien ! 😉

A ce moment-là, entre tous les sentiments qui se mélangent, un était plus fort : Yuna me manque. Évidemment que je n’aurai pas voulu qu’elle assiste à l’accouchement ! Mais cet instant-là, celui de la rencontre, le premier où nous sommes réunis le chéri, bébé et moi, j’ai eu l’envie qu’elle soit là avec nous.

Si pour ma grande j’avais été surprise par ses grands yeux, par l’intensité de son regard, je savais cette fois à quoi m’attendre et attendais ce moment-là. Mais j’ai été surprise par autre chose : sa façon de se redresser pour chercher le sein. Comment, à quelques minutes de vie peut elle déjà être capable de redresser sa tête ainsi ?! Comme je souhaitais allaiter, une dame (puéricultrice probablement ?) l’a aidée à trouver le sein. Drôle de sensation que je n’ai pas connu pour ma fille. Je reviendrai sur l’allaitement dans un autre article…

Mon bébé bonheur.

10h49, Linoa est née. ♥

2kg910 pour 50 cm, plein de cheveux bruns, des yeux bleus foncés / gris.
Pour comparaison, sa soeur : 2kg900, 50cm, plein de cheveux bruns (mais un peu moins), des yeux noirs qui me paraissaient plus grands.

Un accouchement facile mais douloureux. Si pour ma première il m’a fallu plusieurs jours pour retrouver un peu d’énergie, là j’étais en forme. Debout quelques heures après, peu voire pas de douleurs, si on m’avait proposé de rentrer chez moi avec un suivi à la Kate Middleton j’aurai même accepté !

Finalement, elle valait le coup cette grossesse sans fin ! 😉

10 réflexions sur “Et enfin la rencontre.

  1. ColombesMum dit :

    Merci pour les nouvelles, félicitations et bienvenue à votre petite Linoa !! Hâte de voir sa petite bouille! J’espère que Yuna va adorer son rôle de grande sœur et sera sereine! A bientôt !

Laisser un commentaire