Cette habitude de souhaiter toujours mieux.

Le bonheur, ce n'est pas d'avoir tout ce

Pas toujours évident de faire face à ses propres attentes. On se met souvent la barre trop haute, on ne se réjouit pas assez de ce que l’on a,…

Aujourd’hui je crois que je suis comblée car je suis heureuse de ce que j’ai : Un chéri en or, une fille adorable, un gros matou, des amis au top, une famille super, un appart’ pas trop mal dans un quartier plutôt sympa,… Alors bien sûr que j’ai des aspirations : vivre ailleurs, trouver un meilleur boulot pour pouvoir concilier vie professionnelle et familiale, avoir une maison avec jardin, un second bébé… Et tellement d’autres choses ! Mais le fait d’en avoir envie de m’empêche pas de me réjouir de ce que j’ai déjà.

Mais voilà, les gens évaluent notre bonheur, notre « chance » en fonction de leurs propres attentes.

« Allez vous faites le petit garçon et vous serez la famille parfaite » Pardon ? Je lui ai répondu en plaisantant que nous sommes déjà la famille parfaite, en plaisantant mais pas tant que ça : puisqu’on est heureux tous les trois ensemble que demander de plus ? Et si on ne veut que des filles nous ? Et si on ne voulait pas d’autres enfants ?

« Le prochain bébé sera un garçon aux yeux bleus » dit sur un ton rassurant. Euh, je m’en fou d’avoir un garçon ou une fille et je m’en fou encore plus qu’il/elle ait les yeux bleus, verts, marrons ou gris (quoique non c’est hyper classe !). Alors oui tout le monde espérait un bébé aux yeux bleus comme le papa (surtout belle-maman qui vient tout juste de réaliser que ma fille a bel et bien les yeux marrons), mais ce n’est pas le cas et je trouve que ses yeux sont magnifiques et son regard captivant. Et si le second, le troisième et tous les autres (quoi je m’emporte ?) ont les yeux marrons on sera ravis quand même ! Pas besoin de nous « rassurer » là-dessus.

Ce qui nous tient à cœur on essaie de l’obtenir comme tout le monde, mais ce qu’on a déjà on s’en réjouit. Il ne faut pas essayer de me rassurer sur ce que j’aurai bientôt car j’aime déjà ce que j’ai et apprécie mon bonheur. Tout ce qui nous arrivera de bon par la suite ne sera que la cerise, les cerises ou un cerisier entier, sur le gâteau.

Et si on essayait de se réjouir plutôt que d’attendre toujours mieux ?

Laisser un commentaire