Ce sont les mêmes.

201010fnp004

Il y a des petites phrases anodines qui réchauffent le cœur. Des petites phrases prononcées comme ça, sans arrière pensée ni intention, mais qui font plaisir.

De plus en plus je suis choquée du manque de tolérance assumé, de l’incapacité de beaucoup de personnes à apprécier accepter « les autres« . Je peux vous dire que j’entends très trop souvent des propos racistes, homophobes,… des propos d’intolérance d’un autre siècle. Les gens que je connais savent que je refuse qu’on prononce ce genre de phrases devant moi, mais les autres ne s’en privent pas…

Être irrespectueux est normal, banal.

Bref, aujourd’hui alors que je me promenais avec ma fille, je lui fais faire son premier manège sur une voiture dans une grande surface. En face, une autre maman faisait le bonheur de son fils et de sa fille dans une voiture de police. Sa fille, comme la mienne, criait de plaisir en se regardant au loin.

Les manèges s’arrêtent en même temps et on se croise en partant. Elle s’approche de nous et me dis :

« Ce sont les mêmes ! »

Oui, nos filles se ressemblent : la sienne, plus jeune de 6 mois et qui commence à marcher en se dandinant, avait un sourire jusqu’aux oreilles, comme la mienne. Toutes les deux habillée dans le même style, toutes les deux avec un palmier sur la tête pour tenir leurs cheveux trop long et des jolies bouclettes en dessous,… Elle a d’ailleurs le même t-shirt et sa maman a failli le lui mettre ce matin. Après avoir échangé quelques mots comme on aurait pu le faire entre voisines ou collègues de bureau, nous nous sommes souhaité une bonne journée.

Ce n’est pas notre conversation malgré nos différences qui me fait chaud au cœur, c’est le fait que nos filles soient les mêmes. C’est l’espoir qu’elles grandissent en voyant les ressemblances, qu’elles apprennent des différences de toutes sortes.

Cette dame n’a pas jugé ma robe un peu transparente, je n’ai pas jugé son voile non plus. Nous sommes simplement deux mamans qui peut-être se ressemblent aussi d’ailleurs.

miami

Une réflexion sur “Ce sont les mêmes.

  1. Céline Dehors dit :

    Je pense que tu touches ici quelque chose de très vrai : pour ne pas se juger, il faut apprendre à voir avant tout ce qui nous rattache, nos ressemblances, un terrain commun de compréhension et de plaisir à partager.
    Ton texte est magnifique, c’est parce que tu parles ici de quelque chose de très beau ! Merci, tu enjolives ma matinée 🙂

Laisser un commentaire